De la bière après un entraînement musculaire ? C'est une option, au moins ?

La bière est une boisson très populaire, souvent choisie par les hommes pour son goût et ses qualités sociales. C'est une boisson à faible teneur en alcool fabriquée à partir de malt de céréales populaires. De temps en temps, des informations apparaissent qui encouragent la consommation d'une petite quantité de bière après la formation. Les principaux objectifs de ce traitement sont l'hydratation et la régénération minérale. Comment cela fonctionne-t-il dans la pratique ? De la bière après un entraînement musculaire ? Cette idée a-t-elle une raison d'être ?

Entraînement à l'alcool et aux loisirs

Il y a de fervents partisans et adversaires de l'idée de la bière post-formation. De plus grandes restrictions s'appliquent principalement aux athlètes professionnels et aux personnes qui mettent fortement l'accent sur les résultats. Pour la personne moyenne qui s'entraîne pour les loisirs, cependant, cela ne devrait pas être un gros problème. Cependant, il s'avère que la recherche n'est évidente pour aucun des groupes. Tout "dépend" d'un organisme particulier et de la fréquence d'un tel comportement. Le métabolisme et le niveau de fatigue du corps après l'exercice jouent ici un rôle particulier. Quelle est donc la situation réelle ? De la bière après un entraînement musculaire ? Acceptable ou inacceptable ?

Influence du pourcentage de boissons sur la forme

La manière dont les boissons alcoolisées affectent le corps et l'état de la personne qui fait de l'exercice dépend dans une large mesure de leur composition. Une tasse de bière contient 250 kcal sous forme de 20 grammes de glucides et environ 3 grammes de protéines. Même une telle dose de substance a un effet négatif sur le système nerveux (trouble de la pensée, de la vision, de la communication, du mouvement). En même temps, l'alcool affecte le système circulatoire (son expansion et son rétrécissement) et d'autres systèmes. La combinaison de ces éléments constitue un risque sérieux. En même temps, l'alcool provoque une légère euphorie, qui peut lier la fatigue après l'exercice au taux d'alcool dans le sang. Afin d'éviter le risque de tomber dans l'alcoolisme caché et de réduire les résultats obtenus lors d'une formation systématique, le contact avec les boissons en pourcentage dans la zone de formation devrait être considérablement réduit. Une approche irresponsable peut entraîner une tension importante sur un organisme déjà fatigué, qui tente de rééquilibrer l'organisme après l'exercice, et de métaboliser les substances alcooliques, ce qui peut entraîner une surcharge des systèmes et des organes à long terme.

La bière après l'entraînement musculaire - avantages et inconvénients

En musculation, les entraîneurs effectuent des exercices lourds, brûlant de nombreuses calories, basés sur un travail corporel multi articulaire. La bière semble être une bonne solution pour combler les carences énergétiques et minérales. Bien qu'elle semble être un liquide approprié, la bière a un effet déshydratant. L'alcool est responsable du blocage de certaines parties des hormones, ce qui conduit à la production d'urine et à une réduction de la quantité d'eau dans le corps. De plus, le seul avantage dans ce cas sera la supplémentation calorique. De plus, avec une pratique régulière, il y a un risque de dépendance dû à la combinaison d'une substance potentiellement addictive avec une forte fatigue corporelle après l'entraînement. Par conséquent, les personnes qui pratiquent des loisirs peuvent "à partir de Noël" s'offrir de la bière après un entraînement musculaire, mais celles qui pratiquent professionnellement devraient renoncer à cette solution.

Articles connexes

De la bière après un entraînement musculaire ? C'est une option, au moins ?.


Barres protéinées pour athlètes.


Comment calculer le bilan énergétique ?.


Entraînement à la silhouette masculine.