Prochain Télédon du 1er au 18 mars 2017

Réseaux sociaux

Les 4 façons de se déclarer donneur
 

Comment faire don de vie ?

Pour vous déclarer donneur de vos organes et donneur de sang

1 - Sur ce site

Cliquez sur le bouton “DONS DE VIE” en haut à gauche, et c’est fait !
UNIQUEMENT VALABLE JUSQ’AU DIMANCHE 6 DECEMBRE 2015 INCLUS

2 - Par téléphone

au numéro GRATUIT 0800/30 369 TELEDON en journée.
UNIQUEMENT ENTRE LE 12 ET LE 28 NOVEMBRE 2015
Un appel au call center TELEDON et une personne prendra note de votre déclaration.
- en semaine de 8h30 à 20h00
- le samedi et le dimanche de 12h00 à 18h00
- dernier jour le samedi 28 novembre de 9h00 à 19h00 et de 19h00 à 21h00 pendant le direct sur notélé.

3 - Dans votre commune

Au service population aux heures d’ouverture normales en semaine, ouverture exceptionnelle le samedi 28 novembre, selon un horaire propre à chaque commune.

Pour donner du sang pendant le TELEDON

4 - Dans les endroits de collecte de sang pendant le TELEDON

Téléchargez ici la liste des collectes de sang

POUR TOUTE INFORMATION SUR LES COLLECTES DE SANG, CONSULTEZ LE SITE DE LA CROIX ROUGE:
http://www.donneurdesang.be/fr/

Que dois-je faire suite à ma déclaration de volonté de don d’organes?

Il y a 2 choses qui doivent être faites :
La première: dire à vos proches que vous voulez que vos organes soient donnés à votre décès. C’est la façon la simple et la plus importante de déclarer votre volonté
La seconde: aller dans votre commune au service de la population pour y officialiser votre volonté afin qu’elle soit enregistrée dans le registre national et dans le fichier consultable par les équipes médicales pour qu’elles puissent vérifier votre position en matière de disponibilité de vos organes en cas de décès. A noter que vous pouvez aussi aller dans votre commune pour déclarer et enregistrer sur le registre national le fait que vous n’êtes pas donneur.

Pourquoi est-ce important de d’abord déclarer votre volonté à vos proches avant d’aller faire enregistrer votre volonté ?

SI vous avez déclaré votre volonté de mettre vos organes à disposition des autres à votre décès, vos proches s’appliqueront dès votre décès à exaucer votre souhait et interpelleront rapidement le corps médical pour que le prélèvement soit organisé. Votre décès va bien entendu affecter vos proches mais du fait de votre volonté, ils vont se mettre rapidement dans une démarche qui permettra que votre décès soit l’occasion de prolonger la vie d’autres personnes voir de les sauver.
Si vous n’avez pas dit à vos proches que vous souhaitiez que vos organes soient mis à disposition d’autres à votre décès, quand le corps médical va leur demander pour prélever vos organes, votre famille affectée par votre décès ne donnera pas forcément l’autorisation de le faire alors que toute personne décédant est sensée si elle n’a pas marqué son opposition à la commune de son vivant, être un donneur potentiel. Le corps médical aura tendance à respecter leur refus

Pourquoi faut-il de plus aller à la commune pour confirmer votre volonté ?

Parce que cela officialise votre volonté et permet de répertorier dans le registre national votre volonté ( positive ou négative) de donner vos organes et cela permet ainsi au corps médical de vérifier quelle était votre volonté, exprimée ou non, au registre (et nous rappelons que la loi dit que si vous n’avez pas précisé votre position vous êtes présumé donneur, cela veut dire que le corps médical est en capacité de prélever vos organes). Etre répertorié au registre est surtout important au cas où vous décéderiez en un endroit ou à un moment où votre famille ne serait pas accessible par le corps médical, qui ne pourrait dès lors s’enquérir ni de votre volonté, ni de leur accord. En l’absence de la famille et en consultant le dossier ils sauront dès lors quelle était votre position, si vous l’aviez officialisée à la commune bien sûr, ce qui leur permettra de pratiquer ou non le prélèvement d’organes.

Tout savoir sur le don d'organes
 

Pourquoi il est important d’être donneur de ses organes ?

Parce qu’en Belgique près de 1300 patients par an ont besoin d’un organe pour guérir ou survivre.
Seuls 2/3 d’entre eux vont disposer d’un organe. Cela veut dire que quelques 400 personnes vont mourir faute d’un organe disponible.
Et demain cela peut être vous ou un de vos proches qui aurez besoin d’un organe.
C’est donc un superbe acte de solidarité que de décider de son vivant que vous serez donneur de vie à votre décès, en décidant d’accepter que vos organes soient prélevés pour servir à d’autres de tous âges, qui en ont besoin pour vivre.

Que dit la législation ?

Qui ne dit mot consent – la loi nous considère tous comme des donneurs potentiels, autorise le prélèvement d’organes sur le corps humain, pour remplacer un organe malade par un organe sain.
En Belgique, tout citoyen résidant depuis au moins 6 mois sur le territoire, peut émettre sa volonté expresse d’être ou de ne pas être donneur d’organes (après décès) auprès de l’Administration Communale de son domicile.
Le don d’organes est gratuit. Le don d’organes est anonyme.

Comment s’organise l’allocation des organes ?

L’allocation des organes est régie par Eurotransplant qui couvre les pays suivants : la Belgique, les Pays-Bas, le Grand-Duché de Luxembourg, l’Allemagne, l’Autriche, la Croatie, la Hongrie et la Slovénie.
Eurotransplant allouera les organes en fonction de leurs paramètres et de leur compatibilité pour les candidats patients à la greffe. Seront également tenus en compte, le temps de conservation différent pour chaque organe et la distance séparant le donneur et les candidats patients à la greffe.

Où se prélèvent les organes ?

On peut prélever dans toutes les infrastructures munies d’un bloc opératoire. On ne pratique la chirurgie de transplantation qu’uniquement dans les centres de transplantation.
Le Ministère Fédéral de la Santé et sa cellule Beldonor développent le programme Gift pour motiver les infrastructures hospitalières à détecter les donneurs potentiels.

Quels organes peut-on prélever ?

Chez les donneurs vivants:
Le sang du cordon ombilical, la moelle osseuse, le foie (prélevé en partie), le rein (un des 2 prélevé).
Chez les donneurs décédés en état de mort cérébrale confirmée:
Le cœur, les poumons, le foie, les reins, le pancréas, l’intestin, les os, les tissus.

Qu’est-ce que la mort cérébrale ?

C’est quand il n’y a plus d’irrigation ni d’activité électrique au niveau du cerveau.
Une procédure légale stricte permet d’être assuré de la mort cérébrale. La loi exige que le diagnostic de mort cérébrale soit posé par 3 médecins tout à fait indépendants des équipes de prélèvement et de transplantation.

Comment se détermine la compatibilité de l’organe avec le receveur ?

Par le groupe sanguin, par la compatibilité entre les gênes du donneur et du receveur, par le poids, la taille et la masse corporelle.

Comment sont acheminés les organes prélevés ?

Les patients candidats à la greffe dans les centres de transplantation. Cela se fait dans des containers de conservation hermétiques par tous les moyens de transport, excepté le train.

Peut-on faire une déclaration pour un enfant mineur ?

Non. Selon la loi, les parents peuvent uniquement émettre une opposition pour leur enfant.

Peut-on choisir les organes à donner ?

Pas dans le Registre National. Celui-ci permet d’émettre un choix « général ». Mais vous pouvez donner plus de précisions à votre famille, qui pourra les exprimer au corps médical.

Quelles sont les limites d’âge pour le prélèvement d’organes ?

Les limites d’âge sont de plus en plus repoussées. Aujourd’hui, il n’est plus rare de prélever certains organes chez des patients de plus de 75 ans, voire plus quand l’état des organes le permet.

Le don d’organes peut-il être assimilé au don de corps à la science ?

Léguer son corps à la science, c’est le mettre intégralement à la disposition de la médecine à des fins de recherches scientifiques ou de formation.
Le donneur d’organes n’est pas mis à la disposition de la science. Les organes ou les tissus prélevés le seront UNIQUEMENT à des fins de transplantation chez des individus en attente d’un organe.
Le prélèvement fini, le corps sera rendu à la famille dans les plus brefs délais. Non, le don d’organes permet de sauver des vies et pas de faire de la recherche scientifique. Dans le cas du don d’organes, les organes sont directement transplantés à des fins thérapeutiques.

Comment revient le corps ?

Le corps ne sera pas mutilé, il sera intégralement reconstitué bénéficiant même de chirurgie esthétique, le tout par des équipes de prélèvements spécialisées et dans le respect du corps du donneur et du deuil de sa famille.

Combien de temps dure le prélèvement d’organes ?

Le corps est rendu à la famille dans les 24 heures.

Pourra-t-on encore se diriger vers l’incinération ?

Oui, le don d’organes n’entrave en rien les rites funéraires quels qu’ils soient.

Combien coûte le prélèvement d’organes ?

Les frais de prélèvement sur le donneur d’organes sont pris en charge en parts égales par les mutualités des receveurs, sans que la famille en soit informée.

Si je suis receveur, pourrais-je être donneur ?

Oui, excepté de l’organe reçu.

Si l’organe transplanté est défaillant, pourrait-il être remplacé ?

Oui et cela sera fait le plus rapidement possible.

Que fait l’association SDO –Sensibilisation Don d’Organes/ALEXANDRE ?

Notre raison d’être

L’association est composée de 2 associations fusionnées qui ont été créées par des parents d’enfants greffés, des familles de donneurs, des patients receveurs.

De façon bénévole, l’association a pour mission de sensibiliser par divers moyens le grand public à l’importance de se déclarer donneur de ses organes à son décès pour sauver des vies.

Nos actions – Nos publics

Des modules d’information pour l’enseignement primaire, secondaire, supérieur.
Des formations pour le personnel hospitalier et le secteur médical.
Des conférences pour les administrations publiques et les entreprises privées.
Des séances de sensibilisation pour le grand public dans tous les lieux-événements où nous sommes demandés, accueillis.
Des stands de sensibilisation dans les salons.

Notre bilan de 10 ans d’activité.

Plus de 1.000 actions en 10 ans, de 400.000 km parcourus, pour sensibiliser en face à face plus de 750.000 personnes sur l’ensemble du territoire belge.

L’impact de notre action

En 2005 : 32.000 donneurs officiels
En 2014 : 200.708 donneurs officiels
Mais nous devons continuer car malgré tout 400 personnes décèdent par an faute d’un organe compatible disponible.

VOUS AVEZ DES QUESTIONS SUR LE DON D'ORGANES

Appelez le numéro gratuit : 0800/11 254

Tout savoir sur le don de sang
 

Liste des collectes de sang dans la région

Vous trouverez la liste des collectes sur le site de la Croix-Rouge http://www.donneurdesang.be/fr/

Tout savoir sur le don de sang

Chaque jour, des personnes survivent à des imprévus grâce à la générosité d’inconnus. Chaque jour, les hôpitaux accueillent des victimes de la route, des malades souffrant d’un cancer et affaiblis par leur chimiothérapie, des futures mamans qui connaissent des complications lors de leur accouchement, des prématurés qui nécessitent des soins particuliers. Tous ces patients sont susceptibles de recevoir une transfusion sanguine. Face à cette réalité, nous avons tous le pouvoir d’aider concrètement en donnant du sang. En offrant une seule poche de votre sang, vous avez le pouvoir de sauver 3 vies !
Grâce aux donneurs, des milliers de personnes sont sauvées chaque année !

A qui sert le don de sang et combien de dons faut-il pour sauver une vie ?

Chaque jour, près de 800 poches de sang sont prélevées par le service du sang de la Croix-Rouge de Belgique.
Elles permettent de soigner des milliers de malades qui reçoivent les composants sanguins dont ils ont besoin : globules rouges, plasma ou plaquettes.
Par exemple :
- en complément au traitement des cancers : jusqu’à 8 dons/semaine,
- pour transfuser des victimes d’un accident de la route : jusqu’à 50 dons,
- pour lutter contre des hémorragies,
- lors d’interventions chirurgicales. Ex : pour la réparation d’une fracture de hanche ou arthroplastie (remplacement d’une articulation par une prothèse) : entre 2 et 5 dons,
- lors d’accouchements avec des complications.
Où donner ?
Dans le cadre du Télédon, entre le 12 et le 28 novembre 2015, 27 collectes auront lieu en Wallonie Picarde.

Comment faire un don ?

  • Se munir d’une pièce d’identité pour un premier don,
  • Ne pas venir à jeun et bien s’hydrater,
  • Attendre minimum 2 mois entre 2 dons (maximum 4 dons en 365 jours).

Qui peut donner?

Toute personne qui a entre 18 et 65 ans, qui pèse au moins 50 kg et respecte les conditions nécessaires pour donner du sang; un entretien médical aura lieu avant le don !

Les étapes du don de sang.

Le candidat au don est accueilli par une personne du SFS. Il reçoit une fiche signalétique et un questionnaire médical qu’il remplit en toute discrétion.

L’entretien médical

Le candidat est reçu par un médecin pour un entretien, STRICTEMENT confidentiel, qui évalue si le don ne représente pas un risque pour le futur donneur ni pour le receveur, en fonction de:
- son état de santé actuel,
- ses antécédents médicaux et chirurgicaux,
- des médicaments qu’il a pris/qu’il prend,
- des voyages qu’il a effectués,
- d’éventuels comportements à risque.

Le don

Le candidat reconnu apte à donner son sang est invité à s’allonger sur une civière où un(e) infirmier(e) spécialement formé(e) lui prélève, à l’aide de matériel stérile et à usage unique, des tubes échantillons qui serviront aux analyses. Le prélèvement peut ensuite commencer, pour une durée moyenne de 12 minutes.

La collation

Le donneur est invité à prendre une collation pour l’aider à récupérer. Après un don de sang, il est important de se restaurer et de s’hydrater. Ce moment de convivialité permet à l’équipe de collecte de garder un œil sur le donneur: selon les organismes, un don de sang peut parfois affaiblir.

Le parcours du sang

Actuellement, le SFS réalise entre 800 à 1.000 prélèvements de sang par jour. Le sang recueilli des dons n’est jamais transfusé directement au patient. Après avoir été prélevées, toutes les poches de sang sont rapatriées dans des boîtes frigorifiques sur le site de Suarlée où elles subiront divers traitements.

VOUS AVEZ DES QUESTIONS SUR LE DON DE SANG

Appelez le numéro gratuit : 0800/92 245

ou
Envoyez un mail à info@croix-rouge.be

Les reportages de notélé
 
 

Emma transplantée, ses amis soulagés 19/12/2015

Crucke soutient le Télédon au Parlement 02/12/2015

Plus de 3.300 dons de vie grâce au Télédon 01/12/2015

Télédon 29/11/2015

Le don de sang récompensé à Enghien 29/11/2015

Sondage sur le don d’organes 29/11/2015

Télédon : témoignage de Daniel Marlier, greffé hépatique 29/11/2015

Préparatifs du télédon 29/11/2015

3260 mercis 28/11/2015

Télédon - Soirée de clôture 28/11/2015

Télédon : rendez-vous à 19h00 en direct 28/11/2015

Le don de sang est aussi don de vie 28/11/2015

Le Télédon des élus chièvrois 28/11/2015

Le Télédon fait battre des records 28/11/2015

Télédon: le centre de transplantation du CHM 28/11/2015

Edito: don de vie 27/11/2015

Jean-Luc Fonck et Lou Deprijck au Télédon 26/11/2015

Collecte de sang à la CSC 26/11/2015

Portrait de Kathy Kobel 26/11/2015

Teledon : sensibilisation à l’IPES 25/11/2015

Patrick Holvoet, dans l’attente d’une greffe de rein 25/11/2015

Freddy Bourgois donne sans compter 24/11/2015

Ipalle sensibilise son personnel aux dons d’organes et de sang 24/11/2015

Le sport compatible avec une greffe 23/11/2015

Samedi 28 novembre, journée de clôture du Télédon 22/11/2015

L'Homme et le Chien: une publicité pour le don d'organes qui va vous émouvoir ! 22/11/2015

Les donneurs de sang récompensés à Enghien 21/11/2015

Un appel pour l’appel au don 21/11/2015

Gabriel se bat contre le cancer de l’enfant 21/11/2015

Au coeur d’un centre de prélèvements 21/11/2015

Télédon : préparation d’une poche au service du sang de la Croix Rouge 20/11/2015

Fiers de donner leur sang ! 19/11/2015

Le témoignage de Bruno Zucca 18/11/2015

Télédon - Démarche administrative pour le don d’organes à Comines 17/11/2015

Témoignage de Marie Allard sur le don d’organes 14/11/2015

Témoignage de deux greffés du rein 14/11/2015

TELEDON - Présentation association SDO. 14/11/2015

Télédon - Don d’organes : convaincre les familles 14/11/2015

télédon : Un coeur pour Emma 13/11/2015

Lancement du Télédon 09/11/2015

Faites un don de vie 09/11/2015

Greffe de rein : l’amour d’une mère pour sa fille 17/10/2015

 
Dans les autres médias
 
 
Foire aux questions
 

QUESTIONS SUR LE DON D'ORGANES

Quels sont les organes que l'on peut donner?

Cœur, poumons, foie, reins, pancréas, intestins, les os et les tissus.

Qu'est ce que la mort cérébrale?

C’est quand il n’y a plus d’irrigation et plus aucune activité électrique dans le cerveau.

La mort cérébrale est-elle une certitude?

Oui, une procédure légale est à suivre pour établir la mort cérébrale ou dite encéphalique.

Jusqu’à quel âge peut-on être donneur d’organes ?

Il n’y a pas d’âge limite à être donneur d’organes, par contre, une limite d’âge sera respectée entre le donneur et les receveurs potentiels.

Comment revient le corps ?

Le corps ne sera pas mutilé, il sera intégralement reconstitué bénéficiant même de chirurgie esthétique, le tout par des équipes de prélèvements spécialisées et pour le respect du corps du donneur et du deuil de sa famille.

Combien de temps dure le prélèvement d’organes ?

Le corps est rendu à la famille dans les 24 heures.

Pourra-t-on encore se diriger vers l’incinération ?

Oui, le don d’organes n’entrave en rien les rites funéraires quels qu’ils soient.

Combien coûte le prélèvement d’organes ?

Les frais de prélèvement sur le donneur d’organes sont pris en charge à parts égales par les mutualités des receveurs, sans que la famille en soit informée.

Si je suis receveur, pourrais-je être donneur ?

Oui, excepté de l’organe reçu.

Si l’organe transplanté est défaillant, pourrait-il être remplacé ?

Oui et cela sera fait le plus rapidement possible.

Vous avez des questions sur le don d'organes ?

Appelez le numéro gratuit : 0800/11 254

QUESTIONS SUR LE DON DE SANG

Combien de temps prend le don de sang ?

Le prélèvement proprement dit dure de 5 à 10 minutes. Compte tenu de l’inscription, de l’examen médical et du temps de repos après le don, il faut prévoir une demi-heure environ.

Quelle est la fréquence des dons ?

Toute personne en bonne santé peut donner du sang quatre fois par an, avec un intervalle de deux mois minimum entre chaque don de sang.

Faut-il être à jeûn pour donner son sang ?

Non, il faut manger normalement, ni plus ni moins et s’abstenir de tout repas copieux afin de ne pas surcharger le sang en graisses.

Quelles sont les analyses pratiquées ?

Tout d’abord, une série d’analyses qui concernent la recherche de maladies transmissibles par transfusion : hépatite B, hépatite C, SIDA et syphilis.
S’y ajoutent la détermination du groupe sanguin, la numération des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes sanguines.
La recherche d’anticorps antimalariques est réalisée chez toute personne ayant séjourné en zone impaludée, après la mise en quarantaine de 6 mois.

Suis-je prévenu si une analyse n'est pas bonne ?

Lorsque les résultats sont normaux, il n’y a pas de notification au donneur.
Par contre, en cas d’anomalie, le donneur est prévenu par téléphone ou par courrier. Dans certains cas plus particuliers, le donneur peut éventuellement être convoqué par le médecin du Centre de Transfusion pour lui en parler.

Est-ce que cela fait mal quand je donne du sang ?

Au moment de la piqûre, on sent à peine l’aiguille entrer dans la veine. Quant à la prise de sang elle-même, elle est toute à fait indolore.

Y a-t-il des règles spéciales pour les sportifs ?

Après un don, la pratique du sport est autorisée de façon modérée. Un délai de douze heures est conseillé pour pratiquer les sports suivants:
Cyclisme, VTT, natation, sports automobiles, moto de compétition, tous les sports “violents” tels judo, boxe, lutte, karaté, rugby, football américain, hockey sur glace…
Il n’est pas conseillé de donner dans les 24 heures précédant ou suivant une compétition importante, ou précédant ou suivant une de ces activités: alpinisme, deltaplane, plongée sous-marine, spéléologie.

Les dons de sang sont-ils suffisants en Belgique ?

La Belgique est un pays où le sang est disponible en suffisance. On constate toutefois que le nombre des donneurs diminue régulièrement d’année en année. Cela est dû, en particulier, au fait que les critères de sélection médicale sont devenus de plus en plus stricts.
Pour garder notre autosuffisance, le Service du Sang doit pouvoir compter sur l’assiduité des donneurs existants, mais aussi sur un renouvellement permanent.

Les groupes sanguins rares sont-ils plus précieux ?

Groupe O: 44 %
Groupe A: 45 %
Groupe B: 8 %
Groupe AB: 3 %

La proportion des besoins en concentrés érythrocytaires est quasi identique.
Mais dans des cas rares, par exemple l’exsanguino-transfusion des nouveaux-nés, certains groupes sanguins sont plus demandés.
De même, en cas d’extrême urgence, le groupe sanguin O Rh (D) négatif est utilisé en tant que groupe universel, à ce titre, il est très important.
A l’inverse, les besoins en globules des groupes sanguins B et AB restent limités, mais leur plasma est précieux et sauve des vies.
En tout état de cause les dons de sang de n’importe quel groupe sont indispensables, même si c’est à des degrés divers.

Vous avez des questions sur le don de sang?

Appelez le numéro gratuit : 0800 92 245

ou
Envoyez un mail à info@croix-rouge.be

Nos partenaires